Plasticienne

   
   

 

5Dieng, Jawa, Padi, Banjar, Sana, Sawah, Di mana-mana...des titres qui évoquent l'ailleurs lointain ; et cet ailleurs lointain, c'est Java en Indonésie.

Partie la première fois en 1998, pour étudier les textiles de cette île, je me suis retrouvée face à un paysage fascinant, riche et varié qui est une réelle joie pour l’œil.

Le plus extraordinaire ?

Les collines travaillées en terrasses où les rizières naturellement ou artificiellement irriguées forment un immense escalier.

Mosaïque, patchwork de couleurs, telles se définissent mes impressions où se mêlent les terres fraîchement labourées, les verts humides des pousses de riz inondées et les jaunes paille des rizières sèches prêtes à être récoltées.

Depuis 1998, je suis repartie plusieurs fois « vagabonder » dans cette île en ramenant d'inoubliables souvenirs mais aussi des croquis, des photos et des batiks achetés sur les marchés de Yogyakarta ; que je coupe et rassemble et sur lesquels je peins, je brode, je couds les paysages qui m'imprègnent au fil de mes errances.

Sur mes créations la peinture côtoie les fils et le motif du batik d'origine est parfois totalement recouvert, parfois il réapparaît discrètement ou plus franchement dans une parcelle pour disparaître à nouveau sous une autre.

Le batik est un procédé textile très répandu et très ancien en Indonésie.

Il s'agit d'une technique de réserve du motif à la cire.

Peindre sur des batiks est pour moi une façon de fusionner ma vision contemporaine des paysages Javanais avec l'une des traditions de ce pays.

Dieng, Jawa, Padi, Banjar, Sana, Sawah, Di mana-mana...des mots et des couleurs de là-bas, d'un ailleurs, de mon ailleurs.

 

Stéphanie-Maï Hanuš, 2004